Je pleure encore…

Lion

La tristesse est atroce

Et nous avilit.

Quand les maux crient

Ils se montrent féroces.

*

Des mots acérés

Ont fendu la nuit

En chemin fortuit

Pour te transpercer.

*

Ils ont planté leurs griffes

Sur tes lèvres en sourires

Et t’ont fait souffrir

Mon chagrin plaintif.

*

Aujourd’hui, ton pardon

A posé sur mes paupières

Une caresse de mère…

L’amour est un don.

*

Mais je pleure encore, ma sœur

Mon étoile, mon phare

De ce coup de poignard

Que j’ai planté dans ton cœur.

*

Dodo (22/02/2016)

*

Peinture : Lion avant l’orage (Eric Lebègue)

*

src= »http://www.galerie-com.com/grand_img/0170546001325520901.jpg »>

La semeuse

arbre à fleurs

à Kathryn…

Il n’y a pas eu de fées penchées sur ton berceau

Pour t’accorder dons et joie de vivre en cadeaux.

La valeur se cultive avec patience et calme,

Alors j’effleure les fins sillons de ton âme

Et …

J’y plante des graines de tendresse et d’amour

Pour que tu exploses de bonheur chaque jour.

J’ajoute des graines de force et de courage

Pour que tu puisses affronter tous les orages.

*

Je sème aussi les grains de la persévérance

Pour que toujours tu aies la foi de créer ta chance,

Ainsi que ceux de la détermination

Pour que tu tiennes bon dans tes décisions.

*

Enfin j’arrose le tout d’un brin de folie

Afin que toutes les injustices de la vie

Ne soient à tes yeux que pauvre géant d’argile

Contre lequel se battre parait plus facile.

*

Si j’ensemence ta terre de ses valeurs

Ma fille, ce n’est pas pour t’éviter le malheur

Mais pour que tu apprennes à te relever

Quand le destin te plonge dans l’obscurité.

*

Et que tu souhaites rester digne, humble et fière,

Le visage et l’esprit tournés vers la lumière.

Accepte d’être infime et unique à la fois

Et souris à l’univers qui réside en toi.

.

Dodo

Le 10/ 02/2016

 

src= »http://www.galerie-com.com/grand_img/0321016001296490377.jpg »

Le plus beau des métiers

590014.TIF
590014.TIF

Il est huit heures trente, la sonnerie retentit.

Le soleil va tourner sans aucun ralenti.

Têtes blondes bien fraîches ou encore endormies,

Sortent stylos, crayons et cahiers, c’est parti.

Mathématiques, grammaire, calculs et lecture,

Les mains s’appliquent pour faire de belles écritures.

Dix heures quinze, sonne une pause bien méritée ;

Des rires, des jeux mais aussi quelques blessés.

Pour les maîtresses, une bonne tasse de café

Accompagnée de quelques histoires éthérées.

A midi, réunions, corrections, collations,

Entrecoupés des rires d’une grande collusion.

Seize heures trente est le temps de dire « au revoir »,

Les enfants rejoignent leurs parents, l’œil hagard.

Je me retrouve seule dans ma salle, non, un carnage !

Les murs transpirent encore quelques bavardages.

Il en émane les effluves des esprits nourris

Et la chaleur des beaux instants passés, unis.

J’entends encore jouer, dans la cour, des chimères.

C’est le moment de la journée que je préfère.

Ce métier chronophage, je ne l’ai pas choisi

Mais pour l’instant, je vous avoue, j’en suis ravie.

Dodo (28 septembre 2015)

 

à la manière de Racine

src= »http://www.faitsetcauses.com/wp-content/uploads/2012/08/ECOLE.jpg »