Les liens du sans

oiseau et coeur

Dans leur mémoire, le nid est vide et froid

Et petits oisillons, orphelins d’amour,

Sont bien blottis les uns contre les autres

Pour se fabriquer un peu de chaleur.

*

Aujourd’hui, les oiseaux ont pris leur envol

Depuis longtemps, forcés de grandir vite

Pour combler ce vide, sinistre fardeau

Porté sur leur cœur meurtri par le manque.

*

Ils ont tracé, seuls, une feuille de route

En sens contraire de ce qu’ils connaissent,

De ce qu’on leur a appris par paresse,

Sachant l’amour à construire à l’instinct.

*

Ils rient leur vie en éclat de bonheur

Pour couvrir leur peine, marquée au fer rouge,

Ont roulé la douleur de l’indifférence

Dans la poussière des souvenirs gris.

*

Pour les oiselets qu’ils ont à leur tour,

Ils parsèment le ciel d’étoiles d’or

(Absentes dans le miroir de leur enfance)

Pour en savourer le reflet dans leurs yeux.

*

Ils rient leur vie en éclat de bonheur,

Bien blottis les uns contre les autres

Et sachant l’amour à construire à l’instinct,

Unis pour toujours par les liens du sans.

*

A.Braguer (28/08-07/09/16)

 

 

src= »http://thumb1.shutterstock.com/display_pic_with_logo/151498/170727644/stock-vector-two-birds-making-their-heart-shape-nest-love-and-labor-concept-170727644.jpg »

 

Une réflexion au sujet de « Les liens du sans »

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *